...

LA RENAISSANCE

LA CREATION DU MUSEE

Ezy possède un Musée du Peigne et des Parures. Pourquoi a-t-il été créé et quelle est son originalité ?

C’est une longue histoire. Ezy a été marquée très tôt par le travail des tabletiers et la production de peignes.

Au XIX° siècle les producteurs de peignes avaient pensé laisser une trace de leur activité et avaient installé dans la petite mairie sur la place un petit musée. Seulement les vicissitudes de l’histoire  et la seconde guerre mondiale ont ruiné cet effort ; Léonne Delastre , une habitante d’Ezy avait sauvé les clichés réalisés par la famille Candelier / Brumaire. Parallèlement la famille Delaunay avait déposé au Musée d’Evreux un exemple de fabrication de peignes et quelques photos.

Ezy a mis du temps à se remettre de cette guerre et les peigniers se sont repliés sur leur art et s’endorment pendant les trente glorieuses. Parallèlement l’ouest parisien s’est développé et attire les talents ézéens. Les allers et retours vers Paris sont à l’origine des mouvements pendulaires qui rythment aujourd’hui la vie de la vallée.

Doucement la vie renait. Un ensemble de sociétés apparaît, évoluent, reprennent leur activité. C’est ainsi que le syndicat d’initiative réapparait. C’est là que se rencontrent des éléments actifs originaires d’Ezy et quelques horsains qui viennent renforcer l’équipe et posent un regard nouveau sur la vallée. Rapidement par delà l’activité d’animation du SI se pose le problème de conservation du patrimoine industriel. Ezy possède une histoire originale qui illustre de façon remarquable cette société des XIX° et XX° siècles.

C’est une idée qui s’inscrit naturellement dans une réflexion sur le passé d’Ezy  à l’époque où elle s’imposait comme « Capitale du Peigne ». Dans les années 1970 , 1980 on trouve encore dans Ezy des friches industrielles qui illustrent dette époque. D’anciens peigniers peuvent encore raconter cette histoire.

Le dynamisme des habitants, leur réunion au sein d’un groupe de réflexion, l’apport de collectionneurs posait le problème. (Lean Rattier Madame Germaine  Rattier, Eliane et jean Pinson, JP Masselin, Da Rochas, Provost, JM Falloux curé, Madame Clair…)Comment conserver et illustrer cette histoire. Construire un lieu ? Un conservatoire des techniques et des hommes ? Comment le financer ? Pourquoi investir dans un musée et non dans des trottoirs ? Le débat était quelque peu chaotique…..

C’est dans ce contexte que la famille Clair faisait savoir , en 1988 sa volonté de vendre leur manufacture pour s’installer à Dieppe. Ce fait nouveau permettait de rebondir et Alain Provost maire adjoint discret et efficace menait une négociation pendant l’été et pouvait annoncer en septembre que, grâce à un emprunt, la manufacture Clair était achetée et pouvait se transformer en musée.

Ezy reprenait sa place de Capitale du Peigne

Retour aux articles